Une participation active de la part des partenaires dans le SPG leur donne davantage d’autonomie et de responsabilités, ce qui exige que les programmes de SPG mettent la priorité sur la formation et le renforcement des capacités, à la fois pour les producteurs et les “consommateurs”.

Cette participation permet aux programmes de SPG d’être moins lourds en terme de travail administratif et de documentation, ce qui compte pour beaucoup quand il s’agit d’intégrer les petits paysans dans un système de production biologique.

Tandis que les systèmes existants de certification par tiers partent de l’idée que les paysans doivent prouver qu’ils sont conformes avant d’être certifiés, les systèmes de garantie participatifs, au contraire, se basent sur la confiance. Ils se bâtissent sur la transparence, dans un contexte qui réduit au minimum les niveaux hiérarchiques et administratifs.

Le rôle du “consommateur” est fondamental pour assurer cette confiance. Nous avons donc besoin de membres “consommateurs” pour accompagner les procédures de garanties et garantir la production bio de nos producteurs